Ase travaux rénovation

Par quoi remplacer votre vieille chaudière au fioul ?

chaudière à bois

Malgré les efforts du Gouvernement pour libérer les particuliers des énergies fossiles, encore un ménage sur 5 utiliserait la chaudière au fioul en France. De nombreuses aides financières ont d’ailleurs été mises en place pour encourager la rénovation énergétique. Pour un meilleur rendement, mais également pour une meilleure gestion de votre consommation énergétique, vous avez décidé de migrer vers une autre solution de chauffage, au détriment de la vieille chaudière au fioul ? Mais comment faire le bon choix parmi tous ces appareils, énergies et systèmes de chauffage nouvelle génération ? Cet article fait le point.

La chaudière à bois, un choix très écologique

Le chauffage au bois est l’une des solutions les plus utilisées actuellement en raison de son caractère écologique. Le bois étant une énergie renouvelable, son usage ne présente donc aucun impact sur l’effet de serre. L’installation d’une chaudière à bois vous fera profiter d’un chauffage plus économique, avec l’un des combustibles les moins chers du marché. Par ailleurs, le chauffage au bois vous donne l’occasion d’obtenir différentes aides de financement telle la prime Energie ou encore MaPrime Rénov. Deux solutions s’offrent à vous si vous souhaitez migrer vers une chaudière à bois :

  • La chaudière bois-buches ;
  • La chaudière à granulés (aussi appelée chaudière à pellets).

La première option est plus avantageuse économiquement parlant, étant donné que les bûches ne coûtent pas très cher. Cependant, l’entretien d’une chaudière à bois est contraignant, étant donné qu’elle pollue énormément. La chaudière à granulés n’est pas du tout polluante, et fonctionne de manière tout à fait autonome. L’installation est toutefois coûteuse, et l’appareil peut parfois être bruyant.

Les pompes à chaleur

En matière de geste éco-responsable, il n’y a pas mieux que troquer sa vieille chaudière au fioul par une pompe à chaleur. Résolument ingénieux, ce dispositif chauffe votre logement à l’aide de calories qu’il a puisées dans la nature. C’est alors une solution économique qui vous permettra de limiter vos dépenses en chauffage, tout en préservant l’environnement. Vous aurez le choix parmi 3 types de PAC (pompe à chaleur) :

Le modèle aérothermique

Ici, le circuit se base sur l’air extérieur pour produire de la chaleur, qu’il diffuse par la suite à l’intérieur. Lorsque la PAC permet uniquement de chauffer l’habitation, on parle alors de PAC air-air. Il s’agit d’une PAC air-eau lorsque la solution s’occupe autant du chauffage thermique que de la production d’eau chaude.

La PAC géothermique

Ce modèle de PAC puise quant à lui ses ressources dans le sol de votre jardin. Des capteurs enterrés vont extraire les calories du sol pour ensuite les diffuser à travers le chauffage central.

La PAC hydrothermique

Enfin, ce type de PAC utilise les calories contenues dans l’eau pour produire de la chaleur. Ce dispositif est généralement préconisé pour les habitations à proximité d’un point d’eau.

Notez que l’entretien d’une pompe à chaleur doit se faire régulièrement, à raison de d’une fois tous les deux ans pour une PAC de 4 à 70 kWh, et tous les cinq ans pour celles qui ont une puissance supérieure à 70 kWh. Aussi, comme pour tout dispositif fonctionnant à l’énergie renouvelable, le remplacement d’une vieille chaudière par une PAC vous rend susceptible à la prime à la conversion.

La chaudière au gaz, si vous êtes raccordé au gaz de ville

Si vous avez accès au réseau de gaz de ville, il peut être intéressant de choisir une chaudière à gaz. Les principaux avantages du chauffage au gaz sont sa fiabilité ainsi que son faible coût d’achat. À défaut d’être écologique (émissions de CO2), le chauffage au gaz est toutefois un très bon choix sur le plan économique. Il existe en général deux types de chauffage au gaz : la chaudière à condensation et la chaudière à basse température. Bien que ces deux technologies soient toutes deux plus performantes que la chaudière et le foyer standards, elles présentent cependant quelques différences.

La chaudière basse température est moins polluante, car elle possède la faculté de limiter la fumée qu’elle rejette. Par ailleurs, elle consomme moins de gaz. La chaudière à condensation se démarque quant à elle par son caractère innovant. Cette dernière ne rejette pas de fumées, elle est donc plus écologique que le modèle à basse température. Cela dit, son coût est également plus élevé que sa concurrente. Heureusement, plusieurs solutions vous aident à financer ce projet, dont le crédit d’impôt ou encore la Prime Economie d’Energie. Enfin, avec un rendement exceptionnel, la chaudière à condensation vous permet de faire jusqu’à 30 % d’économies d’énergie.

Quitter la version mobile