L’Isolation des bâtiments : un expert nous dit tout !

Ne pas isoler le côté sud du bâtiment ! Le rayonnement solaire contribue à chauffer le bâtiment ! Est-ce vrai ? Dans cette interview, nous aimerions mettre en lumière quelques déclarations intéressantes sur l’isolation en relation avec la physique du bâtiment. Nous avons à notre disposition un expert en matière d’isolation. Il répond aux questions sur l’isolation et la physique du bâtiment.

Ces déclarations sont souvent entendues à propos de l’isolation

Les personnes intéressées par l’isolation : l’isolation déplace le point de rosée, c’est dangereux !

Il n’y a pas de point de rosée (ETICS, isolation du plafond du sous-sol, isolation du plafond de l’étage supérieur) dans le cas d’une isolation extérieure du côté “froid”, qui n’est pas recouverte d’un revêtement étanche à la diffusion. Ce n’est qu’avec une isolation intérieure que le point de rosée est déplacé vers l’espace de vie. Il appartient donc à un spécialiste et ne peut être réalisé qu’avec certains matériaux (hydrophiles).

Ceux qui s’intéressent à l’isolation : les murs massifs stockent l’énergie – s’ils sont isolés de l’extérieur, cela n’est plus possible !

Ce n’est pas vrai. Les murs massifs sont un important réservoir de chaleur. C’est pourquoi les bâtiments restent chauds, par exemple, en cas de panne de chauffage. De plus, les gains de chaleur solaire par les fenêtres peuvent être stockés et utilisés. En hiver, le bilan du rayonnement solaire et du rayonnement à travers les murs non isolés est négatif. Les quelques heures d’ensoleillement en hiver ne réchauffent le mur extérieur que de quelques centimètres. Ensuite, les murs se refroidissent à nouveau. Lorsque le ciel est couvert, lorsqu’il pleut ou qu’il neige – même la nuit – il n’y a pas de chauffage des murs depuis l’extérieur. Il faut donc éviter que les murs ne se refroidissent.

D’ailleurs, les bâtiments massifs et en même temps non isolés tels que les églises, les châteaux, les palais et autres sont terriblement froids. Dans la cathédrale de Cologne, l’eau bénite gèle parfois ! Même en été, lorsque le soleil brille massivement, ces bâtiments sont agréablement frais à l’intérieur.

Ceux qui s’intéressent à l’isolation : une couche d’air isole-t-elle ?

En gros, l’air isole. Parce qu’il a la plus mauvaise valeur de transfert de chaleur. Cependant, l’air a aussi la propriété de circuler très facilement. L’air chaud monte – l’air froid descend. Il faut empêcher cela. Et c’est exactement la propriété des matériaux isolants : les petits et minuscules pores d’air sont isolés les uns des autres et empêchent la chaleur de convection. Plus c’est petit, mieux c’est. Vous le savez aussi par les vêtements : les pulls en coton à grosses mailles “isolent” moins bien que les pulls en mohair à très fines mailles. Plus le duvet est fin dans le sac de couchage, plus il isole.

Les matelas pneumatiques sont constitués d’un seul pore d’air (assez grand, il faut le faire exploser avec beaucoup d’effort) et sont relativement confortables. Cependant, ils ne sont pas chauds : ils transportent le froid du sol vers l’arrière et la chaleur de l’arrière vers le sol. Les tapis isolants modernes ont des milliards de minuscules pores d’air – ils vous gardent bien au chaud pour vous reposer – mais ils sont également durs.

Si l’air dans le matériau isolant est divisé en milliards de minuscules pores – il isole très bien. Plus les pores sont larges, plus la situation est grave. Tout simplement !

Intéressé par l’isolation : si la maison est isolée de l’extérieur, l’énergie solaire ne peut plus chauffer le mur, n’est-il pas préférable de ne pas isoler le côté sud ?

Si c’était le cas, il ferait très chaud dans la cathédrale de Cologne en janvier / février, d’autant plus que son extérieur est assez sombre et peut bien absorber la lumière du soleil – en réalité, comme nous l’avons déjà mentionné, les bassins d’eau bénite y gèlent en hiver !

Ceux qui s’intéressent à l’isolation : combien d’heures d’ensoleillement l’hiver a-t-il ? Et combien d'”heures sans soleil”, c’est-à-dire pluie, brouillard, nuit ?

Le rayonnement solaire, s’il est disponible, ne peut chauffer les murs que de quelques centimètres en hiver – et puis il redevient ombrageux.

Même dans les vieux châteaux du Moyen-Âge, il faisait terriblement froid à cette époque. Les frais d’entretien des châteaux, notamment les frais de chauffage, sont aujourd’hui presque inabordables, même pour la noblesse.